14/02/2017 - 04/02/2018

 

 

Intitulée «  L’économie du vivant », cette 10 ème édition de la programmation Satellite se compose d’une série de quatre expositions personnelles qui se fonde sur l’idée qu’une des façons de comprendre l’état du progrès humain au 21ème siècle est de consigner l’expérience vécue.

Cette 10e édition de la programmation Satellite, qui s’ouvrira avec Ali Cherri et se clôturera avec Jumana Manna, est donc tournée vers la transmission et la préservation de l’histoire en tant que réceptacle de la mémoire vivante.
Ces confrontations ouvriront l’espace propice à l’exploration du temps et de la temporalité que mènent Steffani Jemison et Oscar Murillo, dont les pratiques formelles mettent en évidence une poétique des gestes physiques influencée par ces facteurs socio-économiques que sont les usines, les projets d’aménagement urbain ou les parcs publics.

Ce programme constituera donc un formidable point d’entrée à un champ disciplinaire très vaste, qui va de l’ethnomusicologie et des systèmes archéologiques aux discours coloniaux et aux utopies du progrès racial.

PROGRAMMATION

ALI CHERRI / 14 février — 28 mai 2017
Jeu de Paume, Paris

Artiste et vidéaste libanais, Ali Cherri tient par sa pratique la chronique des tâches quotidiennes de l’homme, évoquant une vision poétique de la conservation, du patrimoine, du travail et de la présentation in fine des découvertes archéologiques dans les musées de Paris.
Le projet d’Ali Cherri, oeuvre vidéo intitulée « Somniculus » s’inscrit dans un travail entamé depuis deux ans sur la place qu’occupe l’objet archéologique dans la construction des récits nationaux.

 

OSCAR MURILLO / 13 juin — 24 septembre 2017
Jeu de Paume, Paris

Les peintures et installations de l’artiste Oscar Murillo incorporent une grande diversité de médiums et de techniques, y compris des éléments textuels, des matériaux recyclés et des fragments de son atelier.
Associant actions, performances et chaos, ses tableaux grand format sont méthodiquement composés de toiles grossières cousues ensemble qui incorporent souvent des fragments de texte ainsi que des débris, saletés et poussières provenant de son atelier.
Ses peintures, vidéos et performances sont liées à une certaine idée de la collectivité née des relations interculturelles que l’artiste entretient avec Londres et la Colombie.

 

STEFFANI JEMISON / 17 octobre 2017 — 21 janvier 2018
Jeu de Paume, Paris

Steffani Jemison utilise des dispositifs photographiques temporels et discursifs pour interroger le concept de « progrès » et ses alternatives. S’appuyant sur une pratique assignant à l’histoire et à la culture afro-américaines une place située au carrefour de l’art conceptuel, Steffani Jemison sonde les stratégies visuelles léguées par le passé et la façon dont elles limitent et élargissent tout à la fois notre accès à l’histoire.

 

JUMANA MANNA / 30 novembre 2017 — 4 février 2018
Maison d’Art Bernard Anthonioz,
Nogent-sur-Marne

Le travail de Jumana Manna interroge le corps, le nationalisme, l’histoire et la constitution de la collectivité en recourant à deux techniques privilégiées : le film et la sculpture. Si ses films sont un déploiement d’images dans un récit temporel, ses sculptures condensent quant à elles des thématiques analogues sous des formes singulières, en puisant son inspiration dans les objets archéologiques, la mécanique automobile et le symbolisme culturel de l’architecture moderne.

 

10e édition de la programmation Satellite — « l’Économie des vivants »
du 14 février 2017 au 4 février 2018
Entrée libre

Jeu de Paume
1, place de la Concorde
Paris 75008

Plus d’informations sur : www.jeudepaume.org




A lire aussi :