01/05/2009 - 30/05/2009

 

ClearArt Exib
exposition Lost and Found at Sea
Objets trouvés de la Mer Méditerranée, échoués dans le Cap Corse, 42°55’39.29’’N – 9° 21’23.67’’E.

En ce moment et jusqu’au 30 mai 2009
Galerie 13

Toy # 18a
05/2008 GPS point
42°55’30.13″N
9°21’43.86″E

 

Gilles Cénazandotti (artiste) et Thierry Ledé (photographe) se sont associés et ont rassemblé des personnes motivées autour d’un projet artistique et écologique intitulé Clear Art Planet.

Le projet paraît simple, voir un peu étrange, et c’est exactement pour ça que ça fonctionne !

Les déchets retirés de la mer sont ensuite soit magnifiés dans des photographies de haute résolution, vendues avec l’objet qu’elles représentent, soit assemblés dans des œuvres plastiques insolites. L’art offrant une seconde vie à ces déchets, il les retire d’un milieu où ils n’ont rien à faire et nous incite à veiller à la bonne gestion de nos déchets.

Esthétiser ce qu’on vise justement à dénoncer est une pratique inhabituelle en développement durable mais oh combien efficace pour la sensibilisation. Aussi on retiendra bien mieux le message de ces artistes accompagné d’images oniriques ou qui font échos à nos plaisirs esthétiques plus traditionnels que la simple accusation et les images chocs habituelles.

Surtout, quelle ironie que de donner autant de valeur à un objet qui non seulement n’en a plus (puisqu’il a été jeté n’importe où) mais qui n’en a même jamais eu autant ! Les œuvres ne sont pas hors de prix (n’hésitez pas à questionner le site à ce sujet) mais elles permettent de pointer sur notre manque de considération pour la notion de valeur.

Malgré leur statuts de déchets, les montagnes d’objets que nous abandonnons déci delà n’en sont pas moins de la matière première qui pourrait être valorisée de mille et une manières (réutilisation, récupération, recyclage, énergie) mais pour cela encore faudrait-il accepter de confier ces richesses dont nous ne voulons plus aux prestataires adéquats.

Et ils existent ! Le papier, les canettes, les DEEE, les PET et autres emballages, les textiles, les déchets organiques… toutes ces catégories de rejets peuvent être intégrées dans des chaines de retraitement dédiées et efficaces.

D’ailleurs, Gilles Cénazandotti et Thierry Ledé ne se contentent pas de surfer sur la vague de la thématique environnementale qui émerge fortement en art contemporain et qui devient un facteur de visibilité non négligé. Loin de l’opportunisme, ClearArtPlanet n’est qu’une étape d’un projet plus vaste et citoyen, un moyen au service de la Cause.

Parce que ce projet peut avoir de nombreux effets leviers :
• sensibiliser pour le ramassage des déchets « historiques », ceux déjà présents dans le milieu naturel ;
• sensibiliser contre les déchets évacués en dehors des filières dédiées, en pleine nature ;
• sensibiliser contre la production de déchet.

Les bénéfices des ventes sont affectés au financement des opérations de collecte des déchets de ces milieux marins. Pour ces opérations, des équipes sensibilisées peuvent accompagner la démarche, « des associations de Clean Art Planet, qui font œuvre utile », ou comme disent les artistes « From ClearArtPlanet To CleanArtPlanet ».

Alors pour cet été au lieu de lézarder sur le sable nous pourrions bronzer utile : en ramassant les déchets…

 




A lire aussi :