Actualités >
06/02/2017 - 15/02/2017

Cette conférence s’inscrit dans la série RE:MAKE, série de conférences et de débats qui donne la parole à des pratiques concrètes ainsi qu’à des idées nouvelles, avec pour questionnement principal : comment « recréer » la société à l’aube du XXIe siècle ? En ces temps de changement climatique, de migration, de terrorisme international, de privatisation effrénée, d’inégalité croissante et de mondialisation à marche forcée, la complexité de notre société a pris une telle dimension qu’il est de plus en plus difficile de répondre à cette question. Mais le triste spectacle de cette crise résonne comme un appel toujours plus pressant à des alternatives. Où est l’imagination (politique) et comment s’engager réellement sur la voie d’un avenir différent ? Quel chemin emprunter ? Où désirons-nous aller ?

Au cours des dernières décennies, la foi en la faisabilité du vivre ensemble a régressé. La critique des risques d’une pensée progressiste moderniste et de notre croyance en une nature que l’homme peut maîtriser est allée crescendo. La confiance dans les interventions étatiques s’émousse à vue d’œil. Les traumatismes qui ont suivi les projets utopistes du XXe siècle – le communisme et le fascisme – sont profonds. L’idéalisation des idéologies est devenue taboue. En lieu et place, le monde des entreprises privées a fait valoir son discours managérial : la société n’a plus à être modelée selon un idéal politique, mais uniquement à être « managée » de façon efficace. Le modèle néo-libéral du marché libre se plaît à invoquer son caractère a-idéologique, dénué de valeurs. La faisabilité est balayée d’un revers de main comme un fourvoiement de « gauche ». Mais au cours de la dernière décennie, il s’est avéré de manière toujours plus évidente que le néo-libéralisme a échangé la faisabilité directe du vivre ensemble pour une faisabilité indirecte de l’individu – ou comment transformer l’individu en un travailleur flexible, un consommateur compulsif et une créature résistante à toute épreuve qui peut incarner le rêve néo-libéral ?

En d’autres mots, le vivre ensemble est toujours en train de se faire. Il vaudrait donc mieux remettre ce « faire » à l’ordre du jour et ne pas feindre qu’on puisse y couper. L’appel aux alternatives est justifié et ne peut pas résonner assez fort. Business as usual n’est plus une option. Nous connaissons les dangers de la réalisation des utopies politiques et de la « faisabilité totale », mais en même temps, le besoin d’idées politico-utopiques inspirantes n’a jamais été aussi grand. Où se dessinent aujourd’hui les ébauches de nouveaux idéaux de faisabilité, de nouvelles utopies ? Où surgit l’imagination indispensable et quel rôle l’art et la culture peuvent-ils y jouer ? Qui prend l’initiative d’amorcer ce nouveau vivre ensemble ? RE:MAKE est une série de conférences et de débats qui donne la parole à des pratiques concrètes ainsi qu’à des idées nouvelles.

Programmation : 

6 février 2017 à 20h30 : Conférence « Subversion ? De l’Anarchie des Banques au Banquier Anarchiste » par le philosophe, écrivain et activiste politique croate Srećko Horvat . En 2008, il était l’initiateur du Subversive Festival à Zagreb. Il a écrit, entre autres, Après la fin de l’Histoire : du Printemps arabe au mouvement Occupy (2013), et en collaboration avec Slavoj Žižek, What does Europe want ? The Union and its Discontents (Que veut l’Europe ? L’union et son malaise – 2014). En 2015, il a fondé avec Yanis Varoufakis, le Mouvement Démocratie en Europe 2025 (DiEM25). Pour cette conférence, il prend pour point de départ le roman de Fernando Pessoa Le banquier anarchiste et se penche sur différents modèles et pratiques pour changer un système politico-économique de l’intérieur.

13 février 2017 à 20h30 : Débat « Thinking with Strangers » d’Isabelle Stengers & NY. Plongez-vous dans les sciences avec l’éminente philosophe belge Isabelle Stengers et la revue littéraire nY. Et dans la pensée politique. Et dans la sorcellerie. Des intervenants de disciplines diverses répondent à l’invitation de Stengers d’aborder de manière différente la connaissance et la production de savoir.

15 février 2017 à 19h : Conférence « The Myth of Golem » de Inigo Wilkins

Les conférences et débats ont lieu en anglais.

 

RE:MAKE
KAAI THEATER 
Square Sainctelette 20, 1000 Bruxelles, Belgique
Plus d’informations sur : www.kaaitheater.be 




A lire aussi :