12/05/2018 - 14/10/2018

« Regard d’artiste » consacre son édition 2018 à l’artiste Eva Jospin. Connue pour les forêts qu’elle sculpte minutieusement dans du carton, elle s’attache à représenter la nature non pas telle qu’elle est, mais telle qu’elle-même se la représente. Au Domaine de Trévarez, où le parc et le château se jouent des frontières entre nature et artifice, ses œuvres et son travail trouvent tout naturellement place. 

Eva Jospin installe trois œuvres à Trévarez : Panorama, créée pour la Cour Carrée du Louvre en 2016, prend place au rez-de-chaussée des écuries ; Nymphée, une « fabrique de jardin » conçue spécialement pour le domaine, s’installe dans le parc ; et, dans une des tourelles du château, une installation de lianes mouvantes de papier calque fait écho au passé mouvementé du lieu. 

Sous la verrière des écuries, Panorama se compose de 26 châssis de bois peints en noir et assemblés en cercle ; ils forment un pavillon dans lequel on pénètre pour découvrir un paysage de forêt déployé sur 360°, minutieusement dessiné et sculpté dans du carton, matériau humble dans lequel l’artiste crée volumes et perspectives. Inspirée des panoramas du 19e siècle qui proposaient au spectateur d’admirer la baie de San Francisco ou d’autres contrées lointaines, Eva Jospin met ici le visiteur au centre de l’œuvre. Tel un voyageur immobile, tout entier immergé dans le paysage, il se perd dans la forêt et ses mystères.

Créée spécifiquement pour le parc de Trévarez, Nymphée est une œuvre pensée comme une « fabrique de jardin », en référence aux constructions décoratives imaginées dès la Renaissance et jusqu’au 18e siècle. En s’attelant à ce type de réalisations, Eva Jospin s’ouvre au monde des jardins. Comme un jardinier, elle délimite et contrôle des espaces inventés par l’homme, imagine des paysages mystérieux émaillés de références mythologiques, philosophiques ou littéraires. Avec Nymphée, elle poursuit un travail initié il y a plus de 100 ans par James de Kerjégu, commanditaire du Domaine, en y apportant son regard d’artiste contemporaine.

La délicatesse des œuvres de l’artiste évoque aussi la fragilité de la vie, comme la précarité qu’a connu le Domaine de Trévarez. Après le bombardement de la Seconde Guerre mondiale, le château éventré s’est empli de ronces, de lierres et de fougères. Ce pan de l’histoire, où la nature « reprend ses droits », est évoqué en 2018 par Eva Jospin : une végétation factice faite de lianes de cartons, de branchages et de feuilles en papier calque « colonise » l’une des tourelles du château et invite le visiteur à une expérience sensorielle inédite…

Enfin, en parallèle, une exposition présentée dans trois salles des écuries dévoile le travail et les sources d’inspiration de l’artiste au travers de vidéos, maquettes  et dessins.

 

Обмен Qiwi RUB на Bitcoin BTC Exposition d’Eva Jospin
Casino space and area planning Du 12 mai au  14 octobre 2018
Авто сатоши Domaine de Trévarez -  29520 Saint-Goazec
Plus d’information sur : www.cdp29.fr




A lire aussi :