07/01/2010 - 21/03/2010

 

du 7 janvier au 21 mars
Edf Bazacle

Le projet relève d’un déplacement du virtuel dans le champ du réel et dʼune mise en abyme du projet lui-même utilisant des pastilles lumineuses rondes disposées en cercle. lʼœuvre sʼallumera sur le moulin séculaire de la garonne, devenu usine hydroélectrique en 1888 pour alimenter les candélabres toulousains, dans le contexte de réaménagements engagés in situ.

Le medium formel structurant, outre la lumière, se nomme une spinning wheel, roue animée popularisée par nombre de sites internet sous des formes diverses ( cercles, rectangles plus ou moins épais et espacés ) mais suivant un principe de fonctionnement dynamique et circonstancié identique de rotations réitérées jusqu’à la réalisation de la tâche en cours, nécessitant un laps de temps variable : chargement d’une nouvelle page web, d’une vidéo, dʼun pop-up, téléchargement …

Avec plus dʼacuité que sa concurrente, la barre de progression linéaire, elle introduit résolument la notion de cycle. ainsi, l’exigence du signal est ici rattachée à une symbolique universelle qui par déplacement géographique, sur une centrale hydroélectrique en travaux, permet des glissements polysémiques susceptibles de faire naître de multiples interprétations et développements.

Loin dʼune projection égotique par luminosité tapageuse, l’intention visuelle ambitionne un rapport dʼéchelle, de dynamique et de pondération en action. Imprégnation optique, piège rétinien, espérons, mais à ostentation muselée.

Les révolutions successives alterneront à différentes cadences. ces transes récursives, tracées de façon arbitraire mais tirées de façon aléatoire, se verront perturbées par dʼautres micro-programmations générées aléatoirement qui viendront ʻgrésillerʼ ponctuellement … le processus rotatif principal ne tardant pas toutefois à les métaboliser.

Prophylactique, rollinʼ se montrera peu énergivore ( moins de 1 kw ), sʼalimentera directement à une source renouvelable ( aquae garumnae ), occasionnera une surcompensation par extinction parcellaire d’éclairages urbains alentours ( piles du pont des catalans en retrait ) et lʼimplication de divers acteurs institutionnels.

Par ces renversements pragmatiques, techniques et historique, lʼœuvre lumière obtiendra une visibilité optimale tout en atténuant sa luminance, et de fait, génèrera une économie plusieurs fois supérieure à sa consommation.

Oeuvre de décroissance fugace vouée à la disparition par sa nature même pour laisser place, elle mettra en exergue lʼampleur du chaos environnemental global et tentera une micro-contribution paradoxale face à lʼemballement du mécanisme.




A lire aussi :