Actualités >
14/11/2009 - 31/01/2010

 

14/11/09 – 31/01/2010
BETONSALON

Arte de Conducta, La Havana, Cuba – Tania Bruguera
Art and Social Practice, Portland, USA – Jennifer Delos Reyes & Harrell Fletcher
Ecole des Arts Politiques, Sciences Po Paris – Bruno Latour & Valérie Pihet

avec des étudiants et des enseignants de :
Université Paris Diderot – Paris 7
ENSA Paris-Val de Seine
Ecole Publique de Paris, Bétonsalon
ENSA Paris Cergy
ENSBA Paris
La Forme des Idées (ENBA Lyon & ENSA Nice)…

 

Une proposition de Mélanie Bouteloup (Bétonsalon), Julien Lanchet & Sara Martinetti (étudiants à l’Université Paris Diderot – Paris 7)

***Version courte
Les parties prenantes1 sont des acteurs (individuels ou collectifs) concernés par un projet ; elles tissent des réseaux de relations basées sur l’interdépendance. Etudiant, professeur, personnel de l’université, artiste, habitant, enfant, passant, chien, commerçant, employé, association pourraient former un organigramme possible du quartier de la ZAC Masséna Paris Rive Gauche (Zone d’Aménagement Concertée du 13e arrondissement). Le projet d’exposition Parties Prenantesinvite ces acteurs à confondre et à entremêler leur lecture du contexte, créant ainsi une représentation complexifiée de cet espace urbanistique. Ce concept de représentation – au sens de rendre sensible des processus aux moyens de signes, d’images, de textes, ou de cartes – sera envisagé à travers le croisement de champs souvent disjoints, tels que les sciences, la politique et l’art.

Comment, au sein d’un projet, un centre d’art peut-il articuler recherche, création et pédagogie avec les caractéristiques de son contexte ? Comment la représentation peut-elle jouer un rôle dans la compréhension et la transformation d’un quartier ? Comment créer un projet « participé », pensé comme un espace d’interprétations ? Autant de questionnements auxquels les participants deParties Prenantes réagiront en développant les formes et les pratiques qu’ils jugeront adéquates, nées de l’entente, du compromis ou du conflit.

Parties Prenantes est un projet sur les pratiques de production collective et de transmission des savoirs, travaillant les modèles de l’école et de la pédagogie, et de l’oralité. Bétonsalon invite des écoles, pour enclencher, encadrer, développer différents projets avec les usagers du quartier. Elles ont pour spécificité de développer une pratique artistique contextualisée, moins centrée sur la production d’objets que sur l’attention au processus de collaboration. La « Cátedra Arte de Conducta », centre d’étude de la performance et de l’art politique, école fondée à La Havane (Cuba) par l’artiste Tania Bruguera, interroge les limites du milieu artistique dans ses conditions historiques et idéologiques, et propose la mise en œuvre de l’utilité sociale de l’art. « Art and Social Practice », Master de la Portland State University (Oregon, Etats-Unis), fondé par l’artiste Harrell Fletcher, encourage les étudiants à développer leur travail artistique au sein de la société, utilisant des méthodes issues de la sociologie, de l’anthropologie, ou du journalisme. L’Ecole des Arts Politiques de Sciences Po, fondée par Bruno Latour (ouverture prévue en septembre 2010), fera converger les sciences sociales, les humanités et les arts dans un ensemble novateur d’enseignements et d’expériences pédagogiques centré sur un objet commun, l’espace public. L’Université Paris Diderot – Paris 7, ENSA Paris-Val de Seine, l’Ecole Publique de Paris, l’ENSA Paris Cergy, l’ENSBA Paris, La Forme des Idées (ENBA Lyon et ENSA Nice) travailleront également avec ces parties prenantes.

Mélanie Bouteloup, Julien Lanchet, Sara Martinetti.

 

***Version longue
Bétonsalon, Centre d’art et de recherche, invite les parties prenantes du quartier de la ZAC Masséna Paris Rive Gauche – étudiant, professeur, chercheur, personnel de l’université, habitant, enfant, passant, commerçant, employé, association – à investir ce contexte et se l’approprier collectivement. Elles interagiront avec les différentes écoles invitées, qui ont pour spécificité d’interroger le rôle que l’artiste peut jouer dans la société.

Les parties prenantes1 sont des acteurs (individuels ou collectifs) concernés par un projet ; elles tissent des réseaux de relations basées sur l’interdépendance. Etudiant, professeur, personnel de l’université, artiste, habitant, enfant, passant, chien, commerçant, employé, association pourraient former un organigramme possible du quartier de la ZAC Masséna Paris rive gauche (Zone d’Aménagement Concertée du 13e arr.). Le projet d’exposition Parties Prenantes invite ces acteurs à confondre et à entremêler leur lecture du contexte, créant ainsi une représentation complexifiée de cet espace urbanistique. Ce concept de représentation – au sens de rendre sensible des processus aux moyens de signes, d’images, de textes, ou de cartes – sera envisagé à travers le croisement de champs souvent disjoints, tels que les sciences, la politique et l’art.

Bétonsalon est au cœur de cette ZAC en pleine reconstruction, foyer de mutations urbanistiques et d’interrogations. Le quartier, où l’esthétique du chantier apparaît omniprésente, est déjà habité et parcouru par les parties prenantes. Les différents utilisateurs se retrouvent dans l’espace commun et hétérogène de la rue, selon le concept « d’Université dans la ville »2 : éducation, recherche, travail, commerce, culture s’y mêlent. Bétonsalon, implanté dans l’Université Paris Diderot-Paris 7, au rez-de-chaussée de la Halle aux Farines se greffe à cette situation ; sa façade vitrée « écran » ouvre sur l’esplanade des Grands Moulins, lieu privilégié de passage et de rassemblement.

En recueillant les usages, préoccupations, désirs, le projet Parties Prenantes prend en compte ce contexte. Chacune des parties prenantes formule ses attentes : les étudiants souhaitent s’exprimer et avoir un lieu d’activités, les habitants souhaitent prendre part à des activités organisées proches de leur lieu de résidence, les employés de bureau souhaitent profiter d’un cadre professionnel dynamique, les associations souhaitent animer le territoire… Des questions se posent, un débat s’impose au sein même de l’université : Comment, au sein d’un projet, un centre d’art peut-il articuler recherche, création et pédagogie avec les caractéristiques de son contexte ? Comment la représentation peut-elle jouer un rôle dans la compréhension et la transformation d’un quartier ? Comment créer un projet « participé », pensé comme un espace d’interprétations ? Autant de questionnements auxquels les participants de Parties Prenantes réagiront (sans prétendre fournir des réponses) en développant les formes et les pratiques qu’ils jugeront adéquates, nées de l’entente, du compromis ou du conflit.

Parties Prenantes est un projet sur les pratiques de production collective et de transmission des savoirs, travaillant les modèles de l’école et de la pédagogie. Ces préoccupations étaient déjà en germe avec la création, en septembre 2009 à Bétonsalon, d’une école d’échange des connaissances nommée « l’Ecole Publique de Paris ». Le dispositif de l’école permet la réintroduction de l’oralité, comme constituantes même de la production artistique ; dans sa conception, l’espace d’exposition intègre la question du public pour ouvrir un espace de médiation intrinsèque. Parties Prenantesentend créer des ponts entre les pédagogies. Les écoles invitées, ont pour spécificité de développer une pratique artistique contextualisée moins centrée sur la production d’objets que sur l’attention au processus de collaboration. La « Cátedra Arte de Conducta », centre d’étude de la performance et de l’art politique, école fondée à La Havane (Cuba) par l’artiste Tania Bruguera, interroge les limites du milieu artistique dans ses conditions historiques et idéologiques, et propose la mise en œuvre de l’utilité sociale de l’art. « Art and Social Practice », master de la Portland State University (Oregon, Etats-Unis), fondé par l’artiste Harrell Fletcher, encourage les étudiants à développer leur travail artistique au sein de la société, utilisant des méthodes issues de la sociologie, de l’anthropologie, ou du journalisme. L’école des Arts Politiques de Sciences Po, fondée par Bruno Latour (ouverture prévue en septembre 2010), fera converger les sciences sociales, les humanités et les arts dans un ensemble novateur d’enseignements et d’expériences pédagogiques centré sur un objet commun, l’espace public. L’Université Paris Diderot – Paris 7, l’Ecole Publique de Paris, ENSA Paris-Val de Seine, ENSA Paris Cergy, ENSBA Paris, La Forme des Idées (ENBA Lyon et ENSA Nice) travailleront également avec les parties prenantes du quartier.

Finalement, dans le cadre de la mobilisation citoyenne essentielle à la vie de quartier, ce projet entend apporter des outils, que les parties prenantes pourront réutiliser, pour créer du collectif, penser et agir sur le monde. Dans Le Spectateur Emancipé (2008), Jacques Rancière pense l’art comme espace d’interprétation en vue de produire les conditions d’une pensée, d’un débat critique, des possibilités d’actions ; il écrit que « l’émancipation relève d’un brouillage de la frontière entre ceux qui agissent et ceux qui regardent »3.

Mélanie Bouteloup, Julien Lanchet, Sara Martinetti.

 

1. La notion de partie prenante est opératoire dans différents domaines : science politique, économie, droit…
2. A la différence d’un campus centré sur lui-même, « l’université dans la ville » s’intègre dans le quartier de la ZAC Masséna Paris Rive gauche avec ses sept bâtiments disséminés. La ville se crée autour de l’université, une ville universitaire en somme dans laquelle la rue permet la sociabilité.
3. Jacques Rancière, Le Spectateur Emancipé, Edition la Fabrique, 2008. Page 26.
Emission radiophonique de présentation en ligne sur www.betonsalon.net/radio




A lire aussi :