« On a tous un arbre dans la tête », avance Martine Francillon qui questionne des artistes contemporains – plasticiens, peintres, sculpteurs, land artistes, artistes urbains, architectes, photographes – sur les liens entre l’homme et l’arbre, pointant l’arbre, source de vie et de création et les conséquences de la déforestation massive.

Richement illustré d’œuvres singulières son livre AR(T)BRE – Pour une Ecologie du Regard s’appuie sur la vie, http://www.cdt-krasnozavodsk.ru/malito/kurgan45-biz.html l’œuvre et les engagements dédiés à l’arbre de l’artiste brésilien Frans Krajcberg qui, après avoir fui le nazisme, a retrouvé au cœur de la forêt amazonienne, la vie, mais aussi d’autres barbaries, celles liées à la déforestation.

Dans sa continuité, l’ouvrage donne la parole à http://bedbugkillers.co.uk/dast/press-forma-dlya-tabletok.html 63 autres artistes contemporains tels Pierre Alechinsky, Ai Weiwei, Gloria Friedmann, Antony Gormley, Maurizio Cattelan, Claude Mollard, Nicolas Normier, Ernest Pignon Ernest, Mario Botta, Jean Nouvel ou encore JR… Tous portent un regard écologique, symbolique ou politique sur l’arbre. Leurs oeuvres nous rappellent que l’écologie environnementale ne sera possible que portée par une écologie mentale, celle-ci passe par la conversion de notre regard.

Les travaux Immersion & Submersion d’Olivier de Sépibus sont aussi recueillis dans cet ouvrage.

__

 Ar(t)bre et art contemporain – pour une écologie du regard

Préfacé par Jack Lang, édité par La Manufacture de l’image l’ouvrage  en librairie depuis  avril 2017.

256 pages, 170 illustrations en couleurs
Prix : 38 € TTC
Parution : avril 2017




A lire aussi :