Jean-Michel Lucas, janvier 2012, Ed. Irma, collection ®evolutic

 

Comment le développement durable a-t-il fait son apparition dans le secteur culturel après une prise de conscience collective des enjeux liés à l’environnement ? Qu’entend-on par « culture » et « développement durable » dans les différents instruments internationaux tels que la Convention Unesco sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles, l’Agenda 21…?

Dans cet ouvrage, l’auteur interroge le secteur culturel sur les incohérences liées au fait de se soumettre aux lois du marché au risque de devenir « épiciers culturels ». Il alerte sur les écueils de la démocratisation de la culture et propose d’autres pistes de réflexion et de perspective politique sur la « volonté collective de déterminer les bonnes attitudes culturelles nécessaires pour construire un avenir commun à l’humanité durable ». Alors, la culture doit-elle contribuer au développement durable humain ou en être une condition ? Jean-Michel Lucas pousse son analyse jusqu’à proposer une nouvelle écriture de l’Agenda 21 de la culture qui assumerait des dispositifs de débats « libres, ouverts et documentés », en lien avec des dispositifs d’action publique notamment au niveau européen.

128 p.






A lire aussi :