José Roca

 

Situé à Bogotá, capitale de la Colombie, FLORA ars+natura est un espace dédié à l’art contemporain et plus particulièrement à la relation entre art et nature. Inauguré en juin 2013, FLORA se consacre à la production – à partir de commissariat et de résidences – à la diffusion et à l’éducation.

La volonté première de son fondateur, José Roca, était de « créer un espace plus accessible pour les jeunes artistes ». José Roca est architecte et commissaire de formation et est actuellement commissaire associé de la collection latinoaméricaine de la Tate Modern à Londres. Son intérêt pour l’art et la nature date des années 1990 lorsqu’il constate que « de nombreux artistes colombiens s’intéressent à la botanique, aux fleurs en particulier, et en font usage pour se référer aux problèmes centraux de l’époque à savoir le narcotrafic et la violence politique ». Il a donc réalisé de nombreuses expositions sur le sujet et a notamment fait du rapport entre art et nature sa ligne curatoriale lors de la 26e Biennale de São Paulo en 2006.

 

 

Selon José Roca, le rapprochement entre botanique, histoire naturelle et trafic de drogue est effectué de manière différente selon les artistes. « Certains passent en revue des documents historiques et gravures réalisés par des voyageurs et retracent à travers eux les origines des inégalités raciales et sociales, tels José Alejandro Restrepo, Alberto Baraya ou Juan Manuel Echavarría. María Fernanda Cardoso utilise les fleurs comme une métaphore de la mort. Juan Fernando Herrán a réalisé dix ans de recherches sur l’expansion des champs d’opium.  Miguel Angel Rojas utilise la feuille de coca comme matière première pour ses œuvres. María Elvira Escallón pointe du doigt les pratiques de domination culturelle sur les territoires ancestraux, mettant en avant les tensions entre nature et culture».

Pour FLORA, José Roca n’a pas d’agenda spécifique. « Ce n’est pas art et écologie, ou art et développement durable. Ce ne sera pas non plus un ‘projet vert’, zéro émissions. Il s’agit plutôt d’un intérêt dans le croisement libre et complexe de ces deux thématiques, y compris dans ses aspects négatifs, sales ». Il ajoute cependant que l’exercice lui indiquera s’il sera nécessaire de réduire le champ d’étude avec le temps.

Par ailleurs, pour FLORA José Roca a créé « un conseil consultatif composé d’un historien, un écrivain, un mathématicien, un expert botanique et un anthropologue » afin de garantir une approche interdisciplinaire et de « ne pas s’enfermer dans la sphère de l’art ».

 

Compte rendu de l’entretien réalisé avec José Roca, en décembre 2012, par Anaïs Roesch

 

Pour plus d’information sur FLORA ars+natura : www.arteflora.org

 

 




A lire aussi :