Pour égayer cette fin d’année, la Société Française d’Ecologie (SFE) vous propose le regard d’Alain Thiéry et Cécile Breton, respectivement Professeur des Universités et journaliste, sur le système d’adhésion des geckos.

Ce « regard » est une version un peu modifiée et adaptée pour cette plateforme d’un article des mêmes auteurs paru dans le n°9 d’ESpèces, revue partenaire de la SFE pour ce projet.

 

Extrait

Au IVe siècle avant J.-C., Aristote avait observé que certains lézards de la famille des geckos pouvaient monter et descendre le long d’un arbre, y compris la tête en bas. De la fascination pour cette capacité à adhérer à des surfaces plus ou moins lisses est même né un super-héros, Spiderman, qui, sautant de tour en tour en propulsant des fils, peut également monter sur des murs lisses et même des vitres. Avec des ventouses, pensez-vous? Ce n’est en tout cas pas le cas des geckos, ni d’autres animaux «adhésifs» plus récemment étudiés.

 

Lire le Regard N°52

Article édité par Anne Teyssèdre.

 

 

 

 




A lire aussi :