(c) Anne Teyssèdre

 

La Société Française d’Ecologie (SFE) vous propose ce regard de Jean-François Ponge, Professeur émérite au Muséum National d’Histoire Naturelle, sur la dynamique et le fonctionnement des sols.

Introduction

La Directive Cadre Européenne sur la Protection des Sols, qui devait établir les bases d’une protection durable des sols, a été officiellement retirée par la Commission européenne en Juin 2014, sous la pression des lobbies agricoles et industriels. Une initiative citoyenne européenne, People4Soil, portée par plus de 400 associations et en attente du recueil du million de signatures exigé par les règles communautaires (https://www.people4soil.eu/fr), invite la Commission européenne à présenter une proposition législative allant dans le sens de la prise en compte d’une des priorités majeures de notre millénaire.

Mais pourquoi le sol est-il un enjeu aussi important et pourquoi certains craignent tant qu’on s’attache à sa protection ?

Longtemps utilisé comme un simple support des cultures, juste utile pour l’absorption de l’eau et des éléments minéraux, le rôle fondamental du sol dans le fonctionnement des écosystèmes terrestres – tels que champs et forêts – est aujourd’hui largement reconnu (cf. regards n°24n°28RE2).

Mieux : avec ses réseaux d’interactions entre plantes, microbes et animaux, abritant l’essentiel de la biodiversité des milieux terrestres (Ponge 2003, 2013), le sol est considéré par certains auteurs comme un écosystème à part entière, emboîté dans l’écosystème forestier, prairial, etc. (De Ruiter et al. 1998, Ponge 2015).

Au travers de trois exemples, nous allons voir que le sol est un élément-clé de l’équilibre dynamique des forêts tropicales humides et des forêts de montagne, et le lieu privilégié de l’intégration fonctionnelle des milieux terrestres.

 

Lire la suite du Regard n°70



RESSOURCE: ,



A lire aussi :