15/02/2020 - 31/03/2020

Thème imposé : le développement durable. Cette création artistique devra témoigner de son empreinte environnementale associée à des matériaux écologiques et durable.

LE CADRE 

Chevilly-Larue profite d’une situation géographique stratégique au coeur de la Métropole du Grand-Paris, elle est également intégrée à l’Etablissement Public Territorial Grand-Orly-Seine-Bièvre au côté de villes particulièrement dynamiques en matière de Street Art telles que Vitry-sur-Seine ou Ivry-sur-Seine.

Chevilly-Larue, commune d’environ 19 000 habitants, est située à 7km de la capitale, profite d’une bonne desserte routière et en transports en communs qui sera clairement renforcée en 2024 par l’arrivée du métro qui reliera Orly au Nord de Paris.

La ville fait preuve d’un dynamisme important et cherche à valoriser les initiatives visant à renforcer le vivre-ensemble. Chevilly-Larue se mobilise largement sur les questions de développement durable, d’économie des ressources, d’énergie, de participation, de solidarité et porte une ambition forte concernant les politiques publiques liées à la jeunesse et à la culture.

La description du lieu d’implantation choisi ainsi que les photos du site figureront en annexe de l’appel à projet. 

LE PROJET 

L’exposition « Basculement des mondes » présentée à la Maison des arts plastiques a choisi d’aborder des oeuvres alliant l’art et la science dans le contexte de l’art contemporain sur un thème essentiel de l’actualité : l’environnement et les changements climatiques. Dans ce contexte, il est envisagé de mettre en place un projet de création d’une oeuvre artistique au regard de la thématique abordée par l’exposition et que celle-ci soit implantée dans l’espace public.

Ce projet est conçu pour résonner avec l’Agenda 21 de la commune grâce à son programme local d’actions concrètes qui a vocation de mettre en cohérence l’ensemble des actions municipales dans une perspective de développement durable, et à initier des actions innovantes en matière environnementale et sociale.

Dans le domaine des arts plastiques, l’Agenda 21 interroge sur la représentation de notre environnement et sur son identité. La commune de Chevilly-Larue a soutenu de manière récurrente la création émergente et innovante avec la commande d’une production artistique à Michel Blazy, à l’artiste Heidi Wood, la commande d’une fresque participative par les artistes Jungle, Crey 132, Comer OBK avec de jeunes Chevillais, la sculpture « Elodie à fleur » du sculpteur Rasko et le programme « un immeuble, une oeuvre ».

Valorisant le patrimoine et créant une réelle identité communale, l’art urbain permet également d’impliquer une nouvelle dynamique culturelle et de renouveler l’implication des citoyens dans les activités de la Ville.

La ville fait preuve d’un dynamisme important et cherche à valoriser les initiatives visant à renforcer le vivre-ensemble. Chevilly-Larue se mobilise largement sur les questions de développement durable, d’économie des ressources, d’énergie, de participation, de solidarité et porte une ambition forte concernant les politiques publiques liées à la jeunesse et à la culture.

La proposition est de mener un projet co-construit et qualitatif qui intègre l’enjeu global du développement durable – cadre de vie, pédagogie, transmission, environnement – dans toutes ses phases.

La révolution écologique, dans un souci de préservation de notre écosystème, représente désormais un enjeu majeur de société, partagé par tous. Par l’originalité de son expression et l’impact personnel et sensible qu’il laisse sur les publics, le domaine artistique est un des éléments clef de l’éducation, pouvant ainsi contribuer à renforcer un sentiment durable, profond et collectif en faveur de la préservation de l’environnement, ainsi que de la modification de nos modes de consommation et de déplacements.

Les artistes se sont souvent engagés et ont exprimé leur prise de conscience avec l’apparition des premiers mouvements créatifs issus de « l’art-environnement » et de « l’art-écologie », mêlant souvent compétence artistique et scientifique, tendant de participer ainsi à une dynamique de réhabilitation de l’environnement endommagé.

Nous vous invitons par conséquent à nous présenter votre proposition artistique exprimant cette volonté commune d’agir en faveur de la préservation de notre écosystème, tant à l’échelle locale qu’à un niveau plus global.

Cette création s’inscrira dans le cadre de l’agenda 21 autour de l’objectif N°8 : « Faire de l’espace public un lieu de vie, de rencontre, et de nature » en s’appuyant sur la fiche action n°16 « Créer des zones artistiques dans les rues ».

Lancement de l’appel à projet le 15 février 2020 

Clôture de l’appel à projet : 31 mars 2020 

Les candidatures devront être envoyées avant le 31 mars 2020 à minuit. Elles seront soumises à un jury qui appréciera la qualité et l’originalité des oeuvres présentées, la cohérence de l’ensemble du projet et son adéquation avec cet appel à projet.

Télécharger l’appel à projet complet 




A lire aussi :