11/08/2008 - 19/10/2008

Article du Monde, 11 août, Ecologie et réflexion esthétique
Deux expositions au Pavillon de l’Arsenal, à Paris

Pour l’aider à réfléchir à cette exposition au titre arithmétiquement optimiste,  » Architecture = durable « , le commissaire Jacques Ferrier, architecte et ingénieur, a rassemblé au Pavillon de l’Arsenal, à Paris, plus de trente têtes bien faites de l’architecture. Elles ont traversé des périodes plus désinvoltes et leurs oeuvres n’en ont pas toujours été exemplaires par leurs vertus écologiques.

Mais nos penseurs ont été remontés à la manière du lapin Duracell dans le sens exclusif de l’éternité, une sorte de super-durabilité bluffante.  » L’architecture pour une « société durable » est une formidable opportunité de renouvellement de l’architecture et de sa place dans la société, l’occasion de mettre à contribution des technologies et des matériaux nouveaux, de s’inscrire dans des enjeux économiques et planétaires et d’explorer, en ce début de siècle, une esthétique inédite « , prédit l’équipe du Pavillon de l’Arsenal. Comme l’institution a l’ardente obligation de célébrer les performances de la capitale, désormais entendue au sens du Grand Paris, les entretiens avec les trente personnalités ont été mis en regard de trente réalisations présentes ou à venir d’Ile-de-France dont le caractère durable apparaît assez inégal. D’autant qu’au-delà des images, Franck Boutté, consultant en  » haute qualité environnementale « , la fameuse norme HQE, permet de confronter, via le catalogue, ces trente réalisations françaises à quatre-vingts réalisations européennes, soumises elles-mêmes à l’analyse d’une demi-douzaine de techniciens et théoriciens.

Tout ce dispositif, enfin, ne serait pas complet s’il ne reposait sur sept filtres supposés nous permettre de séparer le bon grain de l’ivraie. Voici ces sept filtres. Nous les livrons tels quels,  » bruts de décoffrage « , les explications qui les accompagnent ne permettant pas d’un faire une limpide exégèse : urbanité, implantation, morphologie, matérialité, spatialité, systèmes, performances.

 

INSPIRER LA CONFIANCE

En définitive, c’est au visiteur de faire le travail, car il n’est dit nulle part ce qui marche et ne marche pas dans le choix des projets présentés, exemples tour à tour séduisants et provocants, même si les signatures ont tout pour inspirer la confiance, vénérables comme Portzamparc, Nouvel, Berger, Perrault, Ricciotti ou Guervilly. Internationales comme Koolhaas, Sejima, Thom Mayne, Sauebruch et Hutton. Engagées depuis un bon moment dans la réflexion sur l’architecture durable comme Lipsky et Rollet, Jourda, Ferrier. Sans compter les agitateurs, rénovateurs et provocateurs en tout genre, rentrés dans le système, comme Lacaton et Vassal (Grand Prix national d’architecture 2008), l’agence Périphériques, X-TU, Maupin, etc.

Les normes, certifications et labels ont été d’entrée de jeu disqualifiés, au prétexte qu’ils sont confus, disparates, inégaux, trop nombreux. Ce n’est pas faux, mais comme par hasard les normes appliquées à la plupart des trente projets franciliens sont dramatiquement peu exigeantes. Pour éviter de désespérer, il faut donc se ranger à l’avis de Jacques Ferrier, qui est de considérer que les solutions architecturales, urbaines et somme toute poétiques sont a priori plus pertinentes que les exigences techniques.
Le propos est durablement mis en scène par l’agence Block Architectes, qui a créé une scène de gradins en bois complétés de panneaux théâtraux qui conduisent tour à tour au jardin et à la ville.

Une seconde exposition du Pavillon, qui pourrait être un jour développée, porte sur l’usage de la couleur dans Paris.  » Accords chromatiques  » évacue – en remontant au XIIIe siècle – l’idée préconçue selon laquelle la capitale serait couleur de pierre, puis il donne une belle série d’exemples qui aboutissent aujourd’hui à une explosion assez délirante pour contenir l’avalanche du vert  » bonne conscience « .
Frédéric Edelmann

« Architecture = durable. 30 architectes, 30 projets en Ile-de-France »,
jusqu’au 19 octobre
« Accords chromatiques. Histoires parisiennes des architectures en couleurs 1200-201″,
jusqu’au 21 septembre.

Pavillon de l’Arsenal,
21, boulevard Morland,
Paris-4e.

Mo Sully-Morland.
Tél. : 01-42-76-33-97.
www.pavillon-arsenal.com




A lire aussi :