03/06/2014 - 20/09/2014

 

Dans le cadre de sa programmation hors les murs, l’Adresse Musée de La Poste organise l’exposition L’Art fait ventre.

 

Si la nourriture est essentielle à l’homme, elle est cependant plus qu’un acte de survie. En mangeant, l’homme incorpore de l’imaginaire et s’approprie les vertus des aliments qu’il ingère. Depuis la Renaissance, la cuisine, dans son sens le plus large, est devenue un véritable sujet de création. La puissance symbolique qui accompagne la nourriture dans toutes les cultures se fait parfois dans l’art contemporain au profit d’une réflexion critique de notre civilisation.

 

L’exposition à la fois sérieuse dans son questionnement et festive dans sa démonstration, réunit des artistes contemporains français et étrangers dont les peintures, installations, vidéos montrent à quel point la nourriture et l’art de consommer sont des sujets esthétiques. Des banquets/performances réalisés avec la complicité, ou par, des artistes et des chefs-cuisiniers et une création chorégraphique complètent et enrichissent l’exposition.

 

Les artistes présentés dans l’exposition ont de la cuisine des perceptions diverses. Winshluss, Martine Camillieri, Mathilde de L’Ecotais, dénoncent avec ironie et force les aberrations agro-industrielles, l’hyperconsommation ou la malbouffe. Roseline Delacour, depuis 15 ans, photographie la réalité des SDF leur rendant une identité.

 

L’art ici fait ventre creux. Ce qui n’est pas le cas avec la série La recette du festin de Gilles Barbier où de pantagruéliques natures mortes, dans la plus pure tradition, déployées sur différents supports, donnent à voir une profusion d’aliments. La nature morte est également à l’honneur avec Pedro Diego Alvarado dont la toile saturée de bananes vertes et mûres à la limite du pourrissement, laisse sourdre une inquiétude.

 

Stéphane Soulié n’est pas en reste puisqu’il introduit le temps d’une façon plus optimiste, donnant à voir la décomposition de ses natures mortes et leur recomposition. Olga Kisseleva continue le genre, chargeant ses compositions constituées de marchandises dérobées des fantasmes de l’autre. Brigitte de Malau travaille en scrutant la dimension onirique, imaginaire et sensible de la nourriture. Laurent Duthion, toujours à la lisière de l’art et de la science, titille nos sens et laisse l’imaginaire du visiteur s’imprégner des odeurs diffusées par ses masques olfactifs. Bevis Martin & Charlie Youle en exposant des denrées en céramique dans leur Pyramide alimentaire figent des éléments de la vie quotidienne Pilar Albarracín, affirme violemment son féminisme Joëlle de la Casinière, quant à elle, filme deux Japonais en train de lire des fragments de l’Empire des signes de Barthes, qui célèbre le raffinement, la créativité de la cuisine japonaise.

 

Artistes de l’exposition Pilar Albarracín, Pedro Diego Alvarado, Gilles Barbier, Martine Camillieri, Roseline Delacour, Laurent Duthion, Olga Kisseleva, Joëlle de La Casinière, Mathilde de L’Ecotais, Brigitte de Malau, Bevis Martin & Charlie Youle, Stéphane Soulié, Daniel Spoerri.

Commissariat Josette Rasle

Informations pratiques
Résidence artistique au Musée du Montparnasse
Chemin du Montparnasse
21 avenue du Maine
75015 Paris

Du lundi au samedi de 13h à 18h – Fermeture le dimanche et jours fériés
Entrée libre




A lire aussi :