01/05/2013 - 30/06/2013

 

Le projet s’inspire de la mythologie pour proposer une relecture contemporaine. Pégase est un animal miraculeux, divin, la monture du dieu du soleil, un cheval de feu rapide comme l’éclair, un moyen de locomotion fantasmé. Ce projet propose une métaphore moderne, une appropriation du mythe incarné dans un Pégase terre à terre, devenu une honorable bête de somme. Pégase est un âne, moins héroïque que le cheval, il est lent, serviable, il porte un lourd fardeau.

Au temps des Romains l’âne aide les esclaves à la construction des cités ; dans la tradition juive il est impur et têtu, un païen. C’est à dos d’âne que le Christ entre dans Jérusalem… sur le cheval du pauvre.

 

 

Harnaché, l’âne est équipé d’un dispositif qui converti l’énergie solaire en électricité. Il broute, voyage de site en site, se charge en électricité. Une fois les batteries pleines, l’animal avec son kit et sa prise femelle, peut servir quiconque : recharger un téléphone portable, une batterie de voiture, alimenter une radio, une lampe, un sèche-cheveux. Reprenant la symbolique du porteur d’eau, ce Pégase est un animal de service. Ambigu, incongru, écologique et qui sait, visionnaire, il oscille entre progrès et décadence. Non sans humour, Pégase pèse sur le mythe solaire avec sa parure profane. Ce Pégase – assurément insolite – poserait-il la question de l’hyper modernité, de la fin des énergies fossiles, de la locomotion lente ? En cette période de crise et de croissance molle, Pégase porte ses ailes, aujourd’hui il livre du courant.

Le projet se déroulera de début mai à début juin. Il devrait s’implanter pour un temps à Kavadartsi avant de se diriger vers la capitale Skopje et sa périphérie Chouto Orizari (dite Sutka – ville Rom). Les artistes prévoient aussi de marcher vers la frontière grecque, et qui sait, de la franchir.

Arnaud Verley et Philémon envisagent ce projet en République de Macédoine pour diverses raisons : son héritage antique, et la proximité avec la Grèce, Pégase, la mythologie et le berceau de la crise européenne, la dimension rurale, la place des équidés dans la vie sociale et économique, l’agriculture et la contrebande. Le pays est composé de Macédonniens, Albanais, Turcs, Roms, Valaques, Serbes, Bosniaques et arbore un soleil plein cadre sur son drapeau.

 

Arnaud Verley et Philémon

Arnaud Verley, scénographe, et Philémon, plasticien, forment un duo d’artistes. La dimension tragicomique de leurs projets est ą l’image de leur vision sociétale. Parce que nous vivons une époque ą la fois drôle et cruelle, le duo s’amuse des poncifs, met en scŹne la débauche énergétique, l’ingénierie discount ou la nostalgie des années fastes. Sensible aux passions amateurs (tuning, chasse, mode…), aux discours bien-pensants (« ah oui le tout solaire »), le duo mèle le banal au spectaculaire dans des installations paradoxales. La supercherie n’est pas loin, le technologique côtoie l’immobilisme conférant un trait absurde à leurs manoeuvres, produisant des oeuvres courageuses ; un jeu de dupe, fruit d’un gros effort culturel.

Arnaud Verley & Philémon collaborent depuis 2008, il vivent et travaillent à Lille. Leurs installations ont été présentées notamment ą la Conciergerie (Paris 2012), au MACRO – Musée d’art contemporain de Rome (2012), ą l’Espace Pierre Cardin (Paris 2011) ou au Musée de l’Hospice Comtesse (Lille 2010).

 

Contacts

www.societevolatile.eu
societevolatile(at)gmail.com
www.arnaudverley.fr
arnoverley(at)hotmail.com

 

Dossier de presse

 




A lire aussi :