Créé en 2004, Public Smog, est un parc public composé d’éléments immatériels et développé dans le domaine du commerce des émissions de carbone. Le parc existe en tant que construction d’air pur au sein de l’espace public fluctuant. Des bons d’échange sont acquis sur le marché carbone et, contrôlés par le public, ils deviennent inaccessibles aux industries polluantes. Les dimensions du parc varient en fonction des fluctuations financières du commerce des émissions de carbone ainsi que des transformations saisonnières naturelles de la qualité de l’air.

 

 

Plate-forme internet, campagnes de communication et de sensibilisation, expositions, prises de parole, actions dans l’espace public sont les modes d’expression et de diffusion de l’œuvre. Public Smog est virtuellement accessible au public gratuitement.

Amy Balkin a fait ses études à Stanford University et est désormais basée à San Francisco. Emblématique, très engagé, et précurseur, son travail ambitieux combine recherche transdisciplinaire et critique sociale et propose de reconsidérer le domaine public et son cadre juridique et discursif actuel. Elle soulève des questions de justice environnementale, remet en question la privatisation des ressources communes, et expose les limites idéologiques des lois internationales relatives au droit de polluer. Poursuivant son travail de protection du domaine public, Amy Balkin est en train d’acquérir une parcelle de terrain dans le sud de la Californie qui deviendrait un espace collectif inaliénable. Elle tente également d’ajouter l’atmosphère à la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.

 

Plus d’informations sur Public Smog : www.publicsmog.org




A lire aussi :