Redéfinition et devenir de l’idée de nature dans l’art contemporain
Journées d’étude organisées les 31 mai et 1er juin 2010 par Marion DUQUERROY, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne / Institut National d’Histoire de l’Art

Comment aborder la question de l’idée de nature aujourd’hui ?
Les préoccupations écologiques ont remis le sujet au goût du jour mais d’autres facteurs sont en jeu. La société contemporaine modifie incessamment les limites de ce terme allant de l’environnement au paysage balafré et passant par la question du naturel et bien d’autres. L’objectif de ces deux journées d’étude était de reconsidérer l’idée de nature au vue des relations nouvelles qu’entretiennent les hommes avec leur environnement, les sciences et techniques, les nouvelles théories et courants de pensée. La nature n’est plus uniquement pastorale et romantique mais aussi citadine et lourdement façonnée, voire endommagée par l’homme. Dans ce contexte, la nature devient le reflet de nos problèmes sociétaux ; se fait l’écho de l’anxiété face à un futur incertain et désenchanté ou, au contraire, celui rêvé d’un retour vers une forme idyllique. Quelle est la position des artistes face à ces transformations qui rapprochent à grands pas la réalité des récits de science-fiction ? Habitué à dominer la nature, l’homme perd ses repères confronté à une nature devenue incontrôlable, catastrophique allant parfois, jusqu’à brouiller les limites de l’homme et l’animal.

Environnement, engagement esthétique et espace public : l’enjeu du paysage, 9, 10 et 11 mai 2007, Ministère de la Recherche, Paris
L’aménagement et la fabrication du paysage sont l’un des grands enjeux contemporains des rapports nature/société. Cependant, le paysage est d’approche complexe ; il mêle sciences sociales et sciences bio-physico-chimiques, une problématique spatiale et d’aménagement ainsi qu’une approche relationnelle au milieu. C’est en ce sens qu’il paraît le mieux placé pour faire appel aux différentes dimensions scientifiques de l’environnement. Sur le plan social, la complexité est également grande : les processus créateurs de paysages sont des processus quotidiens et ordinaires, de l’ordre de la pratique vernaculaire, ou des processus artistiques ou experts, émanant de paysagistes. Parfois les mobilisations associatives qui naissent en opposition à de grands projets d’aménagement sont sources de nouvelles pratiques paysagères, dans le champ de l’environnement ou même de l’urbanisme et du cadre de vie. Les processus de création paysagère soulèvent de multiples questions : celle de la participation des habitants à la création paysagère ; ensuite, celle de la légitimité et de la « durabilité » des pratiques et des expérimentations conduites dans ce cadre ; enfin, celle de l’adhésion des populations aux transformations conduites par les institutions qui ont, désormais, pour souci l’intégration des différents usages de l’environnement et la prise en considération d’une problématique environnementale globale et écoystémique. Ces  thématiques qui  ont  pour  volonté  d’associer  des  chercheurs de  différents  courants disciplinaires, des professionnels (architectes, urbanistes, paysagistes…) ainsi que des réseaux déjà constitués d’artistes (Greenmuseum, Ecoartspace, Art Nature Project…) permettent de prendre en considération les différents aspects d’un questionnement sur la place de l’esthétique dans le domaine environnemental.

Art in Ecology – A Think Tank on Arts and Sustainability, Vancouver, 2006
-Mapping the Terrain of Contemporary Ecoart Practice and Collaboration
Vancouver, avril 2006
Ce rapport de recherche pour la Commission canadienne de l’UNESCO est le document préparatoire au think tank Arts et Ecologie qui s’est tenu à Vancouver au printemps 2006. Ce rapport présente un panorama des pratiques collaboratives art / écologie au Canada. Document en anglais.

Compte-rendu du Think Tank « Art in Ecology – A Think Tank on Arts and Sustainability
Ce think tank s’est tenu le 27 avril 2006 à Vancouver, à l’initiative du Canada Council for the Arts, de la Commission canadienne de l’UNESCO, de la Vancouver Foundation et de la Royal Society for the Encouragement of the Arts, Manufacture and Commerce (London UK). Document en anglais.

Make creative cities more sustainable, ASEF, 2010-2011
Rapport Sustainable Creative Cities : the role of the Arts in globalised urban contexts, édité par Sacha KAGAN et Katelijn VERSTRAETE, Asia Europe Foundation (ASEF) & Université Lüneburg, 2011. Ce rapport fait suite à la conférence ASEF organisée en parallèle du 8ème Sommet Asie-Europe en octobre 2010 à Bruxelles. Document en anglais. The participants of the “Sustainable Creative Cities” workshop reflected on the notion of ‘sustainable’ ‘creative cities’, the ‘arts’ and the ‘role of the arts’ in contemporary urban contexts across Asia and Europe, coming to the conclusion that a shift in policies is required, away from ‘creative class’ and global competition of so-called ‘creative cities’ and towards more ecological-social-cultural engagements and more genuinely participative urban developments.

Arts. Environment. Sustainability. How can Culture Make a Difference?, ASEF, 2008-2011
Dossier « Connect2Culture » initié par l’ASEF (Asia Europe Foundation) suite au programme 2008-2011 Connect2Culture sur le rôle des arts et de la culture dans la société. Ce dossier synthétise les recherches menées de 2008 à 2011 par des experts de différentes disciplines, en Asie et en Europe, sur les questions d’art et d’environnement. Documents en anglais.

Culture et collectivités durables
Ce numéro spécial de la revue en ligne Culture et gouvernance localerassemble des textes qui s’interrogent sur les rapprochements entre culture et durabilité, avec des perspectives conceptuelles variées, issues de multiples traditions disciplinaires. Les articles traitent de ces enjeux à travers des cas multiples, illustrant  la grande diversité des expériences récentes dans le domaine, que ce soit en Europe (la Catalogne, la Slovénie, la République Tchèque, la Bulgarie et l’Allemagne), en Amérique du nord (le Canada), en Amérique du sud (le Brésil), en Océanie (l’Australie) ou en Afrique (l’Afrique du sud).  L’objectif de ce numéro spécial est de fournir des réflexions et des stratégies et pistes de solutions pour les collectivités.






A lire aussi :