Thierry Boutonnier est né en 1980. Il vit et travaille à Lyon. Il développe un travail autour de la notion de domestication. Artiste actif et réactif, Thierry Boutonnier déploie un large panel de comportements individuels en réaction au système dit moderne. Il envisage l’acte artistique avec les mêmes exigences d’information, de savoir-faire, d’identification d’objectifs, de recherche opérationnelle, d’impératifs décisionnels et de concentration de moyens que n’importe quelle activité de project management. Se revendiquant non-spécialiste, polyvalent et pluridisciplinaire, il utilise tous les moyens à sa disposition : performance, vidéos, sculptures, images et photographies, schémas, publications… Il développe notamment un travail autour de la représentation artistique de l’entomophagie, partant du constat qu’en France et dans ces états soit-disant développés, nous pratiquons une agro-industrie catastrophique pour l’emploi, l’hygiène et l’environnement. Il expérimente ainsi l’entomophagie en la plaçant au cœur des cuisines collectives dans les lieux de la transmission des savoirs(-faire) : les collèges, les lycées, les universités… Thierry Boutonnier est le lauréat du Prix COAL Art et Environnement 2010.

Exemple d’oeuvres : 

Appel d’air est développé sur six ans durant le chantier des lignes du futur métro par l’artiste Thierry Boutonnier, puis suivi jusqu’en 2030. Projet artistique social et environnemental, Appel d’air propose une représentation singulière du Grand Paris à travers ses habitants et leurs attachements aux arbres et à la palette végétale des parvis des gares imaginées par les architectes Jacques Ferrier et Pauline Marchetti. L’oeuvre consiste en l’implantation d’arbres sur les zones traversées afin d’expérimenter avec vitalité et sensibilité le maillage humain existant, entremêlant l’art à l’écologie par le prisme d’une sculpture sociale, véritable appel d’air pour la capitale à l’échelle du territoire. Artiste des écosystèmes, Thierry Boutonnier développe pour ce projet la notion « d’arbre témoin » : dans chaque ville desservie par les futures gares, un réseau d’habitants est invité à parrainer et entretenir un arbre au sein de leur foyer, puis à le transmettre au bout d’une année à un autre habitant « tuteur » durant toute la durée des travaux, avant d’être planté sur le parvis de chacune des gares.

Pour le projet Eau de rose, les habitants de divers quartiers de la métropole lyonnaise sont invités à adopter des rosiers de Damas et Centifolia en pot pour la fabrication locale d’eau de rose. Cet hydrolat issu de la distillation de nos pétales propose une représentation raffinée de ce quartier.  Depuis le 23 novembre 2013, date de lancement du projet, les balcons du quartier sont autant de roseraies pour voir fleurir de nouveaux horizons. Des formations et des ateliers sont prévus pour soigner les rosiers avec les habitants. Ces derniers développent ainsi des savoirs-faire.

Prenez Racines de l’artiste Thierry Boutonnier, intervient dans le cadre du « contrat urbain de cohésion sociale » (CUCS) accompagnant quatre années de travaux de réhabilitation de l’Entrée Est du Grand Lyon. Thierry Boutonnier propose, dans une approche écologique qui implique les habitants, de mener des actions concrètes comme la création d’un lieu écologique de concertation, la mise en oeuvre d’une pépinière urbaine, d’un pigeonnier, de ruches et même d’une bergerie. « C’est en cohabitant avec les espèces que je vis mon art. Je brasse la terre arable durant le chantier du quartier Mermoz Nord avec les habitants de façon à semer des formes qui les relient à ce territoire sensible. Ma volonté est de créer un geste citoyen qui soigne son environnement et qui en récolte les fruits.»

Le projet Vulpes Vulpes, propose, à la manière des scientifiques qui respectent des protocoles expérimentaux, de suivre la possible rencontre amoureuse de deux renards à Paris. Grâce à des outils d’observations contemporains comme le GPS/GSM, il invite à tenter de comprendre la nature de leurs relations et comment cette espèce cohabite avec l’Homme dans un espace urbanisé tel que Paris. Une initiation à l’éco-éthologie qui tenter d’appréhender Vulpes vulpes, de reconnaître cet “Autre”, qui vit à côté de nous”, irréductible et poétique, échantillon d’une biodiversité fragile qui nous fait Humain.

Thierry Boutonnier
http://www.domestication.eu/a-propos-de-tb/thierry-boutonnier/



A lire aussi :